Accompagnement au projet professionnel : la dernière phase du bilan de compétences

La construction de son projet professionnel est souvent réalisée en dernière phase du bilan de compétences. On observe plusieurs pistes qui peuvent être suivies : Un changement de poste, une mutation dans la même entreprise, une création d’entreprise… Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive. Chaque personne est unique, chaque projet différent, chaque compétence peut-être perçue d’une façon différente. Le bénéficiaire en bilan a des demandes totalement différentes. Le bilan peut révéler un manque de confiance en soi un ras-le-bol, une lassitude, un besoin de changement une rupture avec sa hiérarchie, trop de flou, une impossibilité à partir, un besoin de valider son parcours professionnel. Le bilan recherche un équilibre global. Le bénéficiaire a besoin de retrouver ses valeurs de s’ouvrir vers de nouveaux horizons, de passer éventuellement du rêve au projet. Afin de l’aider dans cette démarche le consultant en bilan de compétences l’aide à faire le point sur son parcours.

Construire un projet professionnel permet de redynamiser son avenir, de sortir la tête du guidon, de s’épanouir à nouveau dans sa vie professionnelle et personnelle. Il faut avec l’aide du consultant trouver le fil rouge, le fil d’Ariane. Il faut comprendre les enjeux, se poser les bonnes questions, trouver ses propres pistes de réponse.

 

  • Comment construire son projet professionnel

Pour construire son projet professionnel il faut prendre du recul, sur ses expériences professionnelles sur ses expériences personnelles sur son état d’esprit sur sa façon d’être… prendre du recul sur soi. En dernière phase du bilan de compétences le projet professionnel prend forme. Le consultant et le bénéficiaire ont pu tout au long de la démarche construire et envisager des pistes qui correspondent pour le mieux à ce que souhaite le bénéficiaire. Pour trouver ce qui correspond le mieux il faut d’abord trouver ce que souhaite le bénéficiaire. Le tout n’est pas d’être compétent dans un domaine pour y arriver, mais d’en avoir l’envie et la motivation. Pour qu’un homme soit performant il doit être motivé et compétent. À partir du moment où ces deux axes sont réunis le bénéficiaire peut envisager de se lancer dans telle ou telle piste.

Construire son projet professionnel c’est se reconstruire et démarrer sur de nouvelles bases, c’est continué avec plaisir et parfois nécessité un chemin déjà entrepris. Un des aspects ne pas négliger dans la construction du projet professionnel est l’entourage du bénéficiaire. La société en 2012 est devenue très individualiste, pas besoin de le rappeler, et le besoin de créer des liens nouveaux est indispensable. Il faut faire comprendre aux autres nos passions, nos techniques et nos projets afin de comprendre les leurs. Se lancer dans un nouveau projet professionnel s’est aussi se rendre disponible, être à nouveau à l’écoute des autres, se faire connaître, apprendre à parler de soi, redonner du lien et surtout le plus indispensable se refaire un réseau social.

 

  • Faire le point sur ses expériences professionnelles

L’ambition d’Aptitudes Conseil et d’apporter des méthodes d’investigation structurées et complètes au bénéficiaire et d’ouvrir des horizons de réflexion sur le nouveau monde du travail et sur les nouvelles opportunités. Le rôle du consultant dans la constitution du nouveau projet professionnel est d’aider le bénéficiaire à relativiser les choses, à prendre de la distance et à prendre conscience de ses ressources personnelles pour dépasser la situation. Le consultant a un effet miroir par rapport bénéficiaire.

Pour faire le point sur ses expériences professionnelles le consultant aide le bénéficiaire à retrouver fonction par fonction, mission par mission ce qu’il a su faire, ce qu’il a mis en pratique, ce qu’il a aimé faire. Chaque tâche est passée au crible en se posant toujours la même question : « Avez-vous aimé faire ceci, quel serait votre note compétence, et quel serait votre note efficacité ? ». Faire le point sur ses expériences professionnelles c’est aussi faire le point sur ses réussites et ses échecs. « Qu’est-ce qui dans telle ou telle situation vous fait dire que votre mission est une réussite ou un échec et pourquoi ? Bien entendu les questions ici ne sont pas exhaustives et seront différentes selon les bénéficiaires. Un des exercices très souvent utilisés également en bilan est sa courbe de carrière : comment le bénéficiaire interprète son parcours professionnel et quels en sont les résultants.

  •  Faire le point sur ses projets

A l’issu de cette étape le bénéficiaire se retrouve avec une « malle » contenant ses expériences professionnelles, ses compétences, ses connaissances, ses savoirs, ses savoir-être… tant de chose qu’il doit maintenant trier et en tirer les projets réalistes vers lesquels il veut aller. Heureusement il arrive très souvent en bilan que le bénéficiaire ait plusieurs options. C’est une situation salutaire dans la mesure où compte tenu de la conjoncture et des changements il faut toujours envisager un plan B.

Faire le point sur ses projets c’est faire un « business plan de soi » ! Nous utilisons chez Aptitudes Conseil plusieurs méthodes de réflexion, dont une qui se rapproche par exemple de celle du Metaplan, afin d’aider le bénéficiaire à y vois plus claire dans sa malle : « Méthode simple à mettre en œuvre permettant de dépasser les blocages et les inhibitions dans un groupe. Le Métaplan permet d’afficher, de comparer, de hiérarchiser, d’améliorer l’argumentation et de faire une synthèse éventuelle voire une production. Il facilite l’expression du ressenti, le développement de l’écoute et de la communication. Son domaine préférentiel est le « savoir-être », il peut aussi être utilisé dans le domaine du « savoir » ». Il s’agit de faire un travail de synthèse pour préparer l’avenir.

 

  • Apprendre à parler de soi

Le bénéficiaire a hiérarchisé ses projets, il connait ses domaines d’excellence et de vigilance … Il doit maintenant apprendre à parler de lui. On parle très souvent de story telling pour tout simplement trouver les bons mots qui vont intéresser l’interlocuteur. Le tout est d’être préparé. Apprendre à parler de soi c’est d’abord apprendre à raconter une histoire, son histoire :

  • Qu’est-ce que vous avez à dire d’intéressant à ceux à qui vous vous adressez : que dire pour faire agir mon interlocuteur en ma faveur ?
  • Montrer que vous disposez de compétences liées au projet
  • Faire sentir que vos motivations sont fortes
  • Apporter des éléments rassurants sur votre personnalité
  • Montrer un équilibre personnel : constance, écoute, sérieux, capacité à bien dialoguer, ouverture aux changements
  • Produire des éléments concrets et des histoires convaincantes, des succès obtenus (vous référencer à vos réalisations professionnelles)
  • Mettre votre interlocuteur dans une position de confort intellectuel : bonne compréhension. Il s’agit de se faire comprendre et de repérer les points d’incompréhension

Que le porteur de projet ait deux minutes ou ½ heure pour se présenter nous lui conseillons le déroulement suivant (extrait du livre 2 minutes pour se vendre)

  • Annoncer son pitch : classique, innovant et distinctif
  • Introduire un peu de chronologie pour comprendre le fil rouge de votre carrière
  • Livrer vos domaines d’expertise et vos expériences majeures
  • Rappeler votre formation
  • Présenter votre projet
  • Et vous dans tout ça ? donner quelques éléments sur vous (marié, enfants, mobilité…)
  • Se mettre en écoute et observer

 

  • Les différentes pistes envisagées

Dans tous les cas la constitution d’un nouveau cv est souvent vivement recommandée. Un cv ne se complète pas mais se refait. A la suite d’un bilan de compétences le bénéficiaire aura, dans la plupart du temps, un nouveau regard sur lui ou tout du moins un regard différent. Il aura une nouvelle vision de ses compétences aura, sans doute, pris du recul sur lui. Peu importe les pistes envisagées écrire son cv c’est en quelque sorte mettre par écrit ce qui a été validé entre le consultant et le bénéficiaire.

  • Mobilité interne

Pour envisager une mobilité interne il faut avoir au préalable analysés les attentes et les besoins de l’entreprise et bien entendue le parcours du salarié (bénéficiaire). Il faut envisager également la détermination des caractéristiques à mesurer par rapport au poste et fixer un calendrier prévisionnel de mobilité au sein de l’entreprise. L’investigation se déroule alors de la façon suivante :

  • Analyse des motivations, des savoirs, des savoir-faire, des savoirs être, du potentiel d’évolution, de l’accessibilité,
  • Exploration du parcours de formation, des expériences professionnelles, des centres d’intérêts, des attentes du salarié,
  • Analyse de l’adéquation du salarié en fonction de son profil de poste.

Aux termes de cette investigation on identifiera les atouts du profil et les points d’amélioration. Un plan des actions sera élaboré ainsi que la rédaction du rapport. Souvent les questions posées par le consultant au bénéficiaire qui souhaite une mobilité dans l’entreprise sont les suivantes :

  • Dans quel contexte se situe cette démarche ?
  • Qu’attendez-vous de cette démarche ?
  • De qui vient cette demande l’interrogation
  • Et vous quelles sont vos attentes ?
  • Pourquoi cette démarche vous séduit-elle ?

 

  • Validation des acquis de l’expérience

La validation des acquis de l’expérience permet d’obtenir « tout ou partie d’un diplôme, d’un titre professionnel ou d’un certificat de qualification professionnelle ».

La VAE est souvent une démarche nécessaire pour affirmer sa confiance en soi. Valider un diplôme permet au bénéficiaire d’une part d’asseoir son assurance et d’autre part d’accéder à un poste d’un échelon supérieur. Le bénéficiaire qui souhaite s’engager dans cette démarche peut se faire aider par un consultant qui l’accompagnera dans cette démarche. Comme un puzzle le bénéficiaire doit retrouver de par des attestations d’employeurs ou des fiches de payes les expériences qu’il a eu dans tel ou tel emploi. Le nombre de temps travaillé et le secteur détermineront son éligibilité à la validation.

Validation des acquis professionnels et personnels (VAPP)

La VAPP est un dispositif qui permet à un candidat d’intégrer une formation sans avoir le diplôme requis. Par exemple, entrer en master sans avoir de licence. Pour cela, le candidat doit faire la preuve que les acquis issus de son expérience professionnelle et personnelle le prédisposent à suivre avec succès la formation sollicitée.

  • Formation

La formation professionnelle tout au long de la vie est désormais définie légalement. Elle a pour objectif de permettre à chaque personne, indépendamment de son statut, d’acquérir et d’actualiser des connaissances et des compétences favorisant son évolution professionnelle, ainsi que de progresser d’au moins un niveau de qualification au cours de sa vie professionnelle. La formation professionnelle continue doit, quant à elle, également contribué à la sécurisation des parcours professionnels et à assurer la promotion sociale des salariés.

Un des projets professionnels du bilan de compétences peut-être l’acquisition de nouvelles compétences par le biais de la formation professionnelle. Une qualification, une certification, ou tout simplement acquérir de nouveaux savoirs. Le but étend d’accéder à une fonction qui nécessite la mise en pratique de ces savoirs. Souvent la formation est alors validée par le responsable ressources humaines de l’entreprise si le bénéficiaire fait partie d’une entreprise. Le projet professionnel du bénéficiaire peut être l’acquisition de nouvelles compétences par le biais de la formation à titre personnel pour un projet extraprofessionnel qui peut être la création d’une entreprise ou toute autre activité.

En entreprise la question de motivation à la formation se pose souvent. Comment motiver un adulte salarié à aller en formation ? Ici la question ne se pose pas, un bénéficiaire en bilan de compétences à la motivation à suivre une formation de par le projet professionnel qu’il a construit. Une vraie détermination à aller jusqu’au bout, à mettre en place le plan d’action qui déterminera les étapes pour arriver à son projet.

Dans l’entreprise, la motivation des salariés est perçue tour à tour comme un critère de recrutement, une condition de la performance, un objectif du management une nécessité pour l’apprentissage professionnel.

Selon S. Michel, : « la motivation est un thème beaucoup plus large qui fait référence au projet personnel et à la manière dont il va se modifier tout au long des expériences de vie, professionnel en particulier. La motivation est donc une dynamique un mouvement qui pousse à agir et qui oriente l’énergie des individus. Elle ne peut être analysée uniquement dans la sphère du travail car celle-ci n’est que la conséquence d’une organisation plus profonde ».

Création d’entreprise

Le projet professionnel d’un bénéficiaire en bilan peut aussi être un projet de création d’entreprise. Il s’agit là d’un projet de vie, d’un changement radical qui se concrétise par la création d’une société. Face à la conjoncture actuelle, souvent, des salariés au chômage se voient dans l’obligation de créer leur emploi en passant par la création d’entreprise. Le statut peut alors différer : auto entrepreneur, SARL, EURL etc.

Les recommandations ici du consultant en bilan de compétences sont de faire valider financièrement ce projet par un comptable ou un expert-comptable. Les étapes de la création d’entreprise sont nombreuses et variées, et il faut les suivre étape par étape afin de se donner le plus de chances de réussite.

  • Étude de faisabilité du projet,
  • Étude de marché,
  • Rédaction du business plan financier,
  • Rédaction du business plan,
  • Recherche de partenariat,
  • Dépôt des pièces administratives etc.

 

  • Recherche d’emploi

Priorité à l’action. Plus vous prospecter et, plus aurez d’entretiens. Plus vous aurez d’entretiens, plus vous aurez de chances de saisir des opportunités. Et plus vous aurez de pistes, plus vous pourrez être sélectif et choisir le meilleur poste.

Évidemment, ce raisonnement mécaniste est caricatural. Ce n’est pas aussi simple. La qualité doit être de la partie. Et bien qu’indispensable elle n’est pas suffisante.

La recherche d’emploi c’est aussi savoir défendre son CV, répondre à une annonce, écrire une lettre de motivation, savoir se présenter, savoir parler de soi, savoir écouter, savoir relancer son réseau, savoir maîtriser le Web et savoir relancer l’interlocuteur. Le bilan a su donner l’occasion au bénéficiaire de positiver sa carrière et surtout d’ouvrir d’autres portes. Un bon bilan permet d’offrir des perspectives nouvelles d’emploi. Le bilan est également un outil présentation : il offre aux candidats des clés de compréhension de son parcours. Il redonne cohérence. Le Web reste l’indispensable allié de la personne qui cherche un emploi.